Médiologie

Accueil > Médiologie > Mots > Contrebande

Contrebande

Paul Soriano , 12 octobre 2014

Aux frontières de la médiologie : le transport du sens au sein même de la langue et les effets produits sur les interlocuteurs par ces déplacements.

Car on ne s’embarque pas impunément dans des aller-retour entre l’abstrait ou le vaporeux et le concret matériel ou corporel, autant dire le noble et le trivial : le courage dans les tripes, le sublime à la portée des caniches, la langue de bois ou la littérature à l’estomac.
Au-delà de la métaphore, si la rhétorique instrumentalise les figures du discours ce n’est pas tant pour faire joli que pour faire marcher. Émouvoir ou persuader, émouvoir pour persuader.
Mais ce transport dans le sens est aussi un voyage dans le temps. L’étymologie organise des parcours dans le conservatoire médiologique : quand, par exemple, on conserve le nom d’une machine désormais obsolète pour désigner une institution engagée dans l’ère numérique (la « presse en ligne »). Sans parler des « valeurs » attachées à cette institution, à l’heure ou le journaliste professionnel se trouve concurrencé par le libre blogueur qui poste gratuitement ses papiers, ses billets (ou ses posts  !) sur la Toile.
La constance du lexique favorise peut-être l’adoption du changement en lui gardant un air de familiarité. Mais du même coup, elle en dissimule sans doute les effets. Jusqu’à ce que l’on découvre que la liberté des Modernes n’est plus du tout celle des Anciens.
Et de même, la métaphore opère toujours en douce.