Médiologie
In medias res

Accueil > Publications > Auteurs > Karine Douplitzky : contributions à la revue « Médium »

Karine Douplitzky : contributions à la revue « Médium »

par Karine Douplitsky

Publié le : 9 août 2020. Modifié le : 13 août 2020

M60-61. « La mort et après » (juillet-décembre 2019)

Masques mortuaires

Inter-face entre le mort et le vivant, le masque mortuaire a cédé la place aux images technologiques du défunt : quels changements anthropologiques et médiologiques révèle cette substitution ? Quel effroi nous sommes-nous ainsi épargné ?

M55. « Le code et la chair » (avril-juin 2018)

Mesure sans mesure, par Karine Douplitzky

« L’homme est la mesure de toutes choses, de celles qui existent et de leur nature ; de celles qui ne sont pas et de l’explication de leur non-existence » (Protagoras). Près de vingt-cinq siècles plus tard, l’assertion méritait d’être actualisée : quid du corps étalon à l’ère du code ?

M54. « Le siècle du smartphone » (janvier-mars 2018)

Entrée en scène

Chacune des apparitions du divin enfant, aujourd’hui âgé de dix ans, est une liturgie, baptisée keynotes. Leur enchaînement raconte une histoire simple, un peu trop simple, celle d’Apple, dont Steve Job, aura été l’évangéliste.

M46-47. « Éros aujourd’hui » (janvier-juin 2016)

Madeleine mise à nu

Ni pute ni soumise, la servante du Christ ne cesse d’être exposée aux deux traditions nationales qui tantôt l’habillent et tantôt la déshabillent.

M31. Varia (avril-juin 2012)

La remise en jeu californienne

Californie-laboratoire. Dans la célébration de ses exploits artistiques d’antan, Los Angeles veut ignorer les notions d’héritage, d’archive et de conservation. Elle entend faire revivre le passé au présent, pour réactualiser la performance. Jadis est maintenant ou n’est pas. Le reenactement, un nouveau mode de transmission ?

M24-25. Frontières (juillet-décembre 2010)

Un genre frontalier : le documentaire

Il faut attendre plus de vingt ans après la naissance du cinéma pour que soit comblé le no man’s land entre la fiction, héritée des spectacles de magie, et les actualités, enfantées par les frères Lumière. Le documentaire s’installe alors dans cet entre-deux, inconfortable mais privilégié, qui sépare l’imaginaire de la réalité.

M20-21. « NOUS » (juillet-décembre 2009)

Le réseau social

Septembre 2008. Le site Facebook vient de passer le cap des 100 millions d’utilisateurs dans le monde – un exploit, pour une société créée il y a quatre ans. Cette montée des réseaux sociaux annonce d’un changement en profondeur de la Toile qui s’oriente vers le tout « social » (social media, research , shopping, advertising, etc.) et révèle le nouage de nouvelles formes du « nous ».

Autour de la série Bastilles-dérives par Karine Douplitzky (Gérard Fromanger, « Salut l’artiste »)

Il est intimidant d’écrire sur Gérard Fromanger, tant sa peinture résonne encore des mots de Deleuze, Foucault ou Prévert à son égard, tant son âme se fond dans cette période grondante des années 60-70, où se sont nouées des solidarités inédites, par exemple autour du « Rouge Fromanger » coulant sur les drapeaux, gonflant les plexiglas, striant les toiles ou encore aplatissant les silhouettes urbaines sur fond de questionnement politique

M16-17. « L’argent maître » (juillet-décembre 2008)

Le prix du gratuit

« There is no such thing as a free meal ». Derrière la rhétorique du gratuit, se cachent de nouvelles stratégies commerciales, qu’il importe de savoir décoder.

Cahiers de médiologie

N°16. Éternel éphémère, coordonné par Karine Douplitzky, 2e semestre 2003.