Médiologie

Accueil > Corps/prothèses > Vivre « conformément à la nature » ?

Le corps et ses prothèses

Vivre « conformément à la nature » ?

Paul Soriano, 10 novembre 2019. Modifié le : 10 novembre 2019

Si la chair est incontestablement naturelle, parce que vivante, il n’en est pas de même du corps, de moins en moins « naturel », justement et pars seulement par ses « prothèses ». Quant à « vivre conformément à la nature », Nietzsche a définitivement réglé le problème...

« C’est “conformément à la nature” que vous voulez vivre ! Ô nobles stoïciens, quelle duperie est la vôtre ! Imaginez une organisation telle que la nature, prodigue sans mesure, indifférente sans mesure, sans intentions et sans égards, sans pitié et sans justice, à la fois féconde, et aride, et incertaine, imaginez l’indifférence elle-même érigée en puissance, — comment pourriez-vous vivre conformément à cette indifférence ? Vivre, n’est-ce pas précisément l’aspiration à être différent de la nature ? La vie ne consiste-t-elle pas précisément à vouloir évaluer, préférer, à être injuste, limité, autrement conformé ? Or, en admettant que votre impératif « vivre conformément à la nature » signifiât au fond la même chose que « vivre conformément à la vie » — ne pourriez-vous pas vivre ainsi ? Pourquoi faire un principe de ce que vous êtes vous-mêmes, de ce que vous devez être vous-mêmes ? — De fait, il en est tout autrement : en prétendant lire, avec ravissement, le canon de votre loi dans la nature, vous aspirez à toute autre chose, étonnants comédiens qui vous dupez vous-mêmes ! Votre fierté veut s’imposer à la nature, y faire pénétrer votre morale, votre idéal ; vous demandez que cette nature soit une nature « conforme au Portique » et vous voudriez que toute existence n’existât qu’à votre image — telle une monstrueuse et éternelle glorification du stoïcisme universel ! »
Nietzsche, Par-delà le bien et le mal, ch.1. 9.