Médiologie
In medias res

Accueil > Publications > Médium > Médium 2

2. Médium 2

Médium 2

Janvier-mars 2005

par La Rédaction

Publié le : 1er octobre 2015

Sommaire

Regain antisémite : faillite du devoir de mémoire ?

par Esther Benbass

Pas de transmission sans mémoire. Mais qui dit devoir ne dit-il pas contrainte et obligation ? À ne garder que la mémoire des victimes, n’oublie-t-on pas leur culture et le contenu spirituel d’une très longue histoire ? Après le pas assez, le trop de mémoire n’aurait-il pas ses effets pervers ? Questions dérangeantes. Questions à réfléchir.

La formation du Nouveau Testament

par Régis Burnet

Si le christianisme est une « religion du livre », la clôture du canon des Écritures aurait dû être la priorité absolue des premiers chrétiens. En réalité, la fixation officielle n’intervint que fort tard. Pragmatiques, les chrétiens laissèrent aux contraintes de la production et de la diffusion le soin de concrétiser ce choix capital.

Éloge du sac et de la corde

par François Dagognet

Le minimal sied à la transmission. Le sac plastique mobilise les pondéreux, les cordes vocales transportent la voix. Plus ténu le médium de liaison, meilleures ses performances. Ce que montre ici l’un de nos maîtres préférés, dans une description aussi prosaïque que poétique.

La télécommande et l’infantile

par Philippe Meirieu

L’étude des interactions entre technique et culture – à quoi s’adonnent les médiologues – ne saurait éviter un bidule décisif : la télécommande. C’est une inflexion de plus dans l’histoire des outils, mais peut-être un tournant dans celle des mentalités. La preuve : on ne peut plus éduquer après comme avant.

La fin des disciplines d’enseignement

par Maurice Sachot

Si enseigner c’est former l’être de quelqu’un, comment former sans inculquer ? C’est à cette question que répond la notion de discipline d’enseignement, toujours au cœur des bouleversements actuels de l’Éducation nationale. Mais, avec les impératifs de la société utilitariste et marchande, les disciplines, réduites à des savoir-faire, se vident peu à peu de leur sens.

Sur l’art de masse

par Roger Pouivet

Roger Pouivet aborde ici une question clé : les nouvelles technologies sont-elles en passe d’inventer un art nouveau, « l’art de masse », en rupture avec l’ancien ? Au lieu de le condamner comme sous-culture, ne devrait-on pas y voir un mode original d’expression ? À cette question, les médiologues ont leurs propres réponses, qui ne sont pas exactement celles de l’auteur. La discussion est ouverte.

L’aura photographique : triomphe ou implosion ?

par Monique Sicard

Dans un texte célèbre, Walter Benjamin imputa à la reproduction photographique l’évanouissement de l’aura attachée à l’œuvre d’art. Mais, contre toute attente, c’est la photo elle-même qui tend aujourd’hui à capter cette aura. Avec un tel succès que son statut en est transformé ; et notre vie aussi.

Si loin de Foucault

par Régis Debray

Du Figaro à Libé en passant par Le Monde, le vingtième anniversaire de la mort de Michel Foucault a vu l’ensemble des médias écrits, radios et télés édifier un mausolée national au grand philosophe disparu, sans fausse note aucune. Pareille unanimité peut inquiéter. Beauté mais inactualité de Foucault ?

De Méliès à Matrix

entretien avec Costa-Gavras

Au cinéma, la technique a toujours fait art. Si la révolution numérique est un épisode de plus dans un renouvellement des machineries, elle n’en marque pas moins une solution de continuité. Costa-Gavras, qui a quarante ans de métier, en parle en expert… et en artiste.

Réponse à un Huron

par Germain Viatte

Notre ami canadien Philippe Dubé s’est inquiété, dans notre premier numéro, d’un détournement vers l’esthétisme des cultures traditionnelles par le futur musée du quai Branly. Peut-être n’avait-il pas pu prendre une vue complète et actuelle de ce projet.

Bonjour l’ancêtre

Malraux le prémonitoire

par Michel Melot

Notre ami canadien Philippe Dubé s’est inquiété, dans notre premier numéro, d’un détournement vers l’esthétisme des cultures traditionnelles par le futur musée du quai Branly. Peut-être n’avait-il pas pu prendre une vue complète et actuelle de ce projet.

Salut l’artiste

Nisa (Nisa Chevènement)

Régis Debray

Il y a quelque chose de paléolithique, d’immémorial et de matriciel dans ces démiurgies miniatures. Sa glaise est une cire, son soleil, un bec de gaz, son souffle, une spatule. Et le cosmos qui sort de ses mains, à mi-chemin entre un décor de théâtre et un tohu-bohu.

Un concept

Transmission

par Régis Debray

Si on appelle « communication » l’acte de transporter une information dans l’espace, on appellera « transmission » l’acte de transporter une information dans le temps.

Symptômes

L’art a varié

par Antoine Perraud

(In)actualité de François Truffaut

par Arnaud Guiguev

Vins de transmission, vins de communication

par Robert Dumas

Le 3 novembre 2004…

par Françoise Gaillard