Médiologie
In medias res

Accueil > Publications > Médium > Médium 30

Médium 30

Janvier-mars 2012

par La Rédaction

Publié le : 15 janvier 2012

Les avant-gardes auront été trop diverses au fil du XXe siècle pour qu’on prétende les résumer par une simple formule.

Une “garde” semble toutefois la chose à excéder ou à mettre en question dans plusieurs cas, dans son double sens de précaution, et de possession ou de conservation.

Sommaire

Ouvrir et fermer le sommaire

2011

par Paul Soriano

Le XXIe siècle commence en 2011, année fertile en retournements décisifs et plus encore en commémorations. Derrière un tohu-bohu de moins en moins maîtrisé se dessine pourtant une tendance lourde : bienvenue dans l’ère du recyclage.

Steve Jobs, post-scriptum

par Pierre d’Huy

En quoi le fondateur d’Apple fut-il un visionnaire ? Parce qu’il savait qu’un ordinateur est un carrefour entre technologie et arts libéraux.

Convivialité numérique

par François Coldefy

Du livre à l’ordinateur personnel, la technique individualise des pratiques collectives aux dépens des proches. Mais de nouvelles interfaces partageables tentent de rendre de la convivialité aux activités numériques.

Fanfictions

par Alice Boucherit

De nos jours, des fans de « Harry Potter » ou du « Seigneur des anneaux » n’hésitent pas à apporter leur contribution à leur récit préféré. En se transmettant leurs créations, ils transforment l’acte solitaire de lecture en exercice d’inventive convivialité.

Réception d’un Goncourt

par Antoine Perraud

Alexis Jenni et la critique littéraire. Où l’on verra qu’il peut y avoir un ordre dans le chaos.

La règle du jeu

par Pierre Berloquin

Les règles de jeux traversent imperturbablement les révolutions techniques. Une invariance qui mérite réflexion.

Symptômes

« The Artist » ou l’enfance de l’art

par Daniel Bougnoux

Pour réaliser The Artist, Michel Hazanavicius se prive, en plein essor des technologies numériques avec leurs enceintes immersives et lunettes 3D, de la plus noble conquête du cinéma au cours de sa séculaire histoire, la parole

Banque virtuelle

par Monique Sicard

Et si le monde devenait virtuel ? Nous nous parlerions, nous ferions commerce par écrans interposés. Une efficacité qui ferait soupirer d’aise l’élève le plus ordinaire de la moindre école de French management.

Cloner la terreur

par Nicola Setari

Autour du livre de W.J.T. Mitchell, Cloning Terror. The War of Images from 9/11 to the Present, University of Chicago Press, 2010. W.J.T. Mitchell est la figure la plus éminente des visual studies aux États-Unis.

Dossier : quelles avant-gardes ?

Nous regroupons ici trois des communications prononcées aux dernières rencontres Jacques-Cartier, tenues au début d’octobre 2011 à Montréal sur le devenir des avant-gardes au cours du XXe siècle.

La promesse du musée

par Philippe Dubé

Voué à la conservation, le musée doit-il néanmoins s’adapter à son temps ? Voies et moyens d’une muséographie progressiste.

En avant de quelle garde ?

par Daniel Bougnoux

Les avant-gardes d’hier étaient encore conservatrices. Aujourd’hui, c’est la « garde » qui semble la chose à excéder ou à mettre en question dans plusieurs cas, avec son double sens : précaution et conservation.

Le dilemme du contemporain

par Françoise Gaillard

Les avant-gardes échappent paradoxalement à l’obsolescence en inscrivant leurs œuvres et leurs interventions dans les problèmes de leur temps. Et dans le cas du bioart, en soumettant leur propre corps à l’expérimentation.

Bonjour l’ancêtre

Maxime Du Camp (1822-1894)

par Jacques Lecarme

C’est entendu : de tous les écrivains ratés du XIXe siècle, Maxime Du Camp serait le plus misérable. Son nom ne survivrait dans la mémoire des lettres que par des fautes mémorables. Ami de Flaubert depuis la vingtième année, il n’aurait été qu’un faux témoin, envieux et dénigreur.

Salut l’artiste

Jean Tinguely et ses machines insensées

par Paul Soriano

Tinguely : nom prédestiné qui sonne comme un cliquetis mécanique pour ce bricoleur opiniâtre de machines énigmatiques, inquiétantes ou cocasses, amicales ou sadiques, bouffonnes ou diaboliques, mais toujours résolument inutiles, voire insensées : Nonsens-Maschinen, comme on dit en (suisse) allemand.

Un lieu

Le local à l’heure du mondial. Topographie proustienne

par Michel Erman

On sait qu’avant d’être incarnée, la représentation proustienne de l’espace se fait essentiellement à travers des toponymes dont l’écrivain se plaît à explorer les variantes sonores et les variations thématiques. Ainsi en va-t-il de Balbec

Pense-bête

par Régis Debray

La Démocratie et sa morne moitié
Zoologie
Joindre les deux bouts
Le moment Nora
La fin d’un gros mot ?
La pente douce
Last news
Une lueur d’espoir
La France intérieure : une affaire compliquée