Médiologie
In medias res

Accueil > Médiologie > Les spectres de l’Europe

Un objet politique non identifié

Les spectres de l’Europe

Documents

par Paul Soriano

Publié le : 28 mai 2018. Modifié le : 13 août 2020

Au fond, ce qui désespère l’eurosceptique intelligent (on en connaît) c’est moins le renoncement à la souveraineté nationale, que son transfert à une « entité » qui, trente ans après, est toujours un OPNI , ainsi qualifié, si l’on peut dire, par Jacques Delors.

Ni grande nation (fût-elle fédérale) ni empire ni même confédération, mais déjà beaucoup plus qu’une société de nations ou une organisation de nations unies. Les définitions officielles insistent sur ce qu’elle n’est pas, ou sur son caractère original, elle est « unique », ce qui n’est pas plus rassurant. À moins qu’elle annonce un « gouverner autrement » [1] ? Après tout, l’union de peuples européens sous un même gouvernement a déjà été réalisée, il y a plus de deux siècles, en… Amérique.

La suite de l’article sur le site de l’auteur

Notes

[1Comme dirait le regretté Pierre Mauroy