Médiologie
In medias res

Accueil > Médiologie > La médiologie de A à Z

La médiologie de A à Z

Documents

par La Rédaction

Publié le : 1er septembre 2014. Modifié le : 13 août 2020

En cours de publication.

Effet bougie

Toute nouvelle technologie fait payer un gain utilitaire d’un appauvrissement des jouissances attachées à l’usage de la technologie précédente qu’elle remplace. Ainsi de l’éclairage électrique remplaçant la flamme de la bougie : l’usage d’une technologie « dépassée » nous fait prendre conscience de cette perte et tente de la compenser.

L’ « effet bougie » est particulièrement éclairant, c’est le cas de le dire.
La flamme de la bougie produit une « ambiance » : mélange paradoxal d’intimité (elle rapproche les gens autour du « foyer ») et de mystère, quand elle anime les ombres de manière inquiétante ; expérience esthétique : des œuvres, des visages, des objets, semblent plus beaux, plus expressifs, tandis que l’éclairage électrique les écrase.
La chandelle éclaire « mal » mais « mieux ».

Environnement

Enlevez brutalement à quelqu’un ses vêtements, sa maison et tous les objets qu’elle contient et vous produirez probablement chez lui des troubles de l’identité.

S’il décide de s’en séparer volontairement, c’est différent, car il a pris le temps de retirer progressivement ses investissements psychiques des objets qui l’entourent). L’être humain sait que son existence physique est inséparable de son environnement naturel. Il lui reste à prendre conscience que son existence psychique est inséparable de son environnement d’objets, autrement dit de son « technosystème ». (Serge Tisseron).

Frontière*

L’essence même de la frontière est de réunir de manière indissociable la séparation et le passage.

C’est un « concept dialectique », si l’on veut : amputée de l’un de ses termes, elle dégénère. Une frontière que l’on ne passe pas s’appelle un mur… Or, depuis la chute du mur de Berlin et l’abolition de tant de frontières, des murs s’érigent un peu partout – mais même un mur peut regagner un peu de la dignité attachée à la frontière lorsqu’il est percé d’une porte que l’on peut ouvrir ou fermer.

Lire l’article « Frontières »

Gouvernance

« Le mot anglais governance a été remis à l’honneur dans les années 1990 par des économistes et politologues anglo-saxons et par certaines institutions internationales (ONU, Banque mondiale et FMI, notamment), de nouveau pour désigner « l’art ou la manière de gouverner », mais avec deux préoccupations supplémentaires ; d’une part, bien marquer la distinction avec le gouvernement en tant qu’institution ; d’autre part, sous un vocable peu usité et donc peu connoté, promouvoir un nouveau mode de gestion des affaires publiques fondé sur la participation de la société civile à tous les niveaux (national, mais aussi local, régional et international) » (Etymologie du terme « gouvernance », http://ec.europa.eu/governance/docs…).

Révérence : article « Gouvernance »

Graphosphère

Age de l’écrit

Période de l’esprit humain ouverte par l’imprimerie et déséquilibrée par l’audiovisuel (¼ 1470-1970). Fait passer du rationnel au scientifique, de la vérité au vérifiable. Médiasphère propice aux mythologies du progrès et aux messianismes séculiers. Début de l’accélération du temps historique et première contraction industrielle de l’espace, sous l’effet de la vapeur et ensuite de l’électricité. R.D.

Hypersphère

Ère de l’Internet ou du « numérique ». Le numérique permet de simuler et de combiner (hybridation) les médias caractéristiques des médiasphères précédentes (presse, radio, télévision).

Information

Jogging (effet)

Nom plaisant d’un phénomène capital et paradoxal, l’effet rétrograde du progrès matériel.

La déchéance des membres inférieurs était jadis pronostiquée chez les bipèdes motorisés. Or, moins les citadins marchent, plus ils courent. Au lieu de l’atrophie annoncée, la remusculation. La déstabilisation technologique suscite une restabilisation culturelle. A chaque ’bond en avant’ dans l’outillage, correspond un ’bond en arrière’ dans les mentalités. D’où notre formule : ’la post-modernité sera archaïque ou ne sera pas’. Et le caractère en général infondé tant des alarmes que des promesses ’futuristes’. R.D. Lire la suite.

Logistique

La logistique est l’art d’acheminer et agencer des éléments dispersés en vue de produire un tout organisé.

Rien de plus médiologique que l’histoire de la logistique. Elle s’applique en effet d’abord aux choses de l’esprit avant de rejoindre les corps et l’empirie, dont elle tend à nouveau à s’affranchir vers la fin du XXe siècle. En vain : les idées même ne sauraient voyager sans conteneurs.

Voir l’article de Médium 10 (Un concept)

Logosphère

État de civilisation suivant l’invention de l’écriture, dans lequel l’écrit, au statut encore subordonné, sert d’abord à transcrire une oralité primordiale aux dictions encore sacralisées. En Grèce, assure le passage du mythos au logos, ou du récit légendaire au discours rationnel. Naissance, avec l’alphabet vocalique, de l’universel.

Machine

Ce qui distinguera toujours le fonctionnement de l’homme et celui des machines, même les plus intelligentes, c’est l’ivresse de fonctionner, le plaisir.

Inventer des machines qui aient du plaisir, voilà qui est heureusement encore au delà des pouvoirs de l’homme. Toutes sortes de prothèses peuvent aider à son plaisir, mais il ne peut en inventer qui jouiraient à sa place. Alors qu’il en invente qui travaillent, »pensent« ou se déplacent mieux que lui ou à sa place, il n’y a pas de prothèse, technique ou médiatique, du plaisir de l’homme, du plaisir d’être homme. Il faudrait pour cela que les machines aient une idée de l’homme, qu’elles puissent inventer l’homme, mais pour elles il est déjà trop tard, c’est lui qui les a inventées. C’est pourquoi l’homme peut excéder ce qu’il est , alors que les machines n’excéderont jamais ce qu’elles sont."
(Jean Baudrillard, Le Xerox et l’infini).

Monnaie

Médias

En cours de publication.

Médiasphère

Milieu technique déterminant un certain rapport à l’espace (transport) et au temps (transmission).

Concept générique se spécifiant historiquement en logosphère, graphosphère, vidéosphère, etc. Chaque médiasphère s’équilibre autour d’un médium dominant (la voix, l’imprimé, l’image-son), foyer de fonctions aux compétences décisives, et de ce fait au sommet des hiérarchies sociales. La médiasphère est à une population de communicants ce que la biosphère est aux peuplements d’animaux et de végétaux. Elle abrite une multitude de micro-milieux de transmission, comme la biosphère une multitude de biotopes, chacun doté d’un certain état d’équilibre dynamique ­ mais, à chaque époque, sous l’hégémonie d’un mégamédium plus performant que les précédents. R.D.

Médiologie

La médiologie s’efforce de comprendre comment la communication et la transmission du sens sont affectées par les technologies de l’information et les institutions qui les mettent en œuvre.

Mémoire

Pour le médiologue, la mémoire n’est pas le produit d’une faculté neurologique, mais celui d’une compétence médiologique, au croisement du politique (traditions, commémorations, institutions) et de la technique (systèmes d’inscription, archives et aide-mémoire). Ressort et finalité de toute transmission, la mémoire est aussi au cœur de la « révolution » nous umérique, dont l’enjeu majeur n’est plus celui de la communication mais bien de l’agrégation de nos traces. C’est du reste l’outillage mnémotechnique qui permet d’identifier des médiasphères, c’est-à-dire des milieux de transmission émanant d’un même système d’organisation des traces. Rien d’étonnant alors, si le temps lui-même, et l’histoire, sont à ce point façonnés par nos modes d’enregistrement (inscription, mise en ordre, sélection, anticipation) des traces, et la manière dont nous y accédons.

Nous

Ce pronom personnel de la 1re personne du pluriel peut s’employer comme substantif masculin singulier (le nous) pour désigner « la communauté de deux ou plusieurs êtres humains ayant des relations interpersonnelles et des intérêts communs. » (CNRTL). Vaste programme. Voir, entre autres, Médium 20-21.

Rythme*

Le rythme nous fait marcher, défiler, danser…

Médium universel et total, le rythme présente trois caractéristiques essentielles : - totalité : il affecte à la fois le corps, l’esprit et l’âme ; - propagation : il s’empare du sujet qu’il transforme en métronome ; - synthèse : s’il ne communique rien d’autre qu’un mouvement, il s’hybride parfaitement avec le sens pour produire un médium de synthèse (paroles et musique) redoutablement efficace.

Le médium rythme

Secret

Le secret, c’est le médium !

Si le secret est une information à diffusion restreinte, il requiert un « sceau », un « strictement confidentiel » pour informer qu’il y a là-dessous une information qui vaut la peine prise pour l’occulter (ou la dévoiler, c’est tout comme). En d’autres termes : le secret, c’est le médium. La preuve ? On peut faire des pieds et des mains pour se procurer une enveloppe portant la mention « Confidentiel Défense » alors même qu’elle est vide. Référence : « Secrets à l’ère numérique ».

Technique

Peut être qualifié de technique, en général, toute compétence, performance ou invention qui ne s’inscrivent pas dans le programme génétique de l’espèce.

La rhétorique est une technique (l’apprentissage des procédés donnant à la parole une efficacité maximale sur un auditoire donné), mais la parole en elle-même n’est pas une technique car, sauf anomalie, tout être humain dûment socialisé a une compétence innée pour apprendre à parler, non pour écrire. La preuve : il existe dans l’histoire des sociétés sans écriture, mais on n’en connaît pas de muettes. L’écriture est donc une technique. C’est dire qu’un système technique – en l’occurrence, de notation graphique – n’est ni héréditaire ni inné. L’alphabet vocalique relève de l’accident heureux. Le fait technique est placé sous le signe de la contingence. R.D.

0 | 20 | 40 | Tout afficher