Médiologie

Accueil > Publications > Valoche et baise-en-ville

Valoche et baise-en-ville

dimanche 14 septembre 2014

Après un temps de latence, histoire de laisser retomber le soufflé, il n’y a pas de raison que la médio se prive de son allusion au livre qui tue. Fût-ce par procuration, aux bons soins de Vincent Tremolet de Villers qui, dans le Figaro.fr, prend un peu de hauteur :

« La vérité est que le chef de l’État est le représentant ultime d’une génération politique fascinée par Mitterrand et qui, sans avoir ni sa finesse, ni sa culture, a confondu le cynisme et le talent, a désappris tout ce qui ressemblait à de la loyauté, du courage, de la profondeur et en est réduite aux déclarations d’estrades, au serment de canton, aux complots d’arrière-boutiques. Un machiavélisme middle-class. Tout cela n’est pas nouveau, mais sans invoquer les grandes vertus, il est juste de rappeler que cette génération n’a cessé, elle, de la faire, la morale. Qu’elle a dit le bien et le mal. Sans nuance et sans précaution, elle est la reine de l’invective, de l’anathème, de la condamnation. De Théâtre du Rond-Point en concerts solidaires, elle a passé trente ans la main sur le cœur. »

Ça donne à penser, non ? Pour en savoir plus sur cette génération et quelques autres on se reportera utilement à Générations (Médium 39)