Médiologie
In medias res

Accueil > Publications > Auteurs > Régis Debray : contributions à la revue « Médium »

Régis Debray : contributions à la revue « Médium »

par La Rédaction

Publié le : 4 juillet 2020. Modifié le : 1er août 2020

Puisse ce modeste organe servir d’agent de liaison pour tous ceux qui ne se résignent pas aux déliaisons de la société de concurrence. Quelle que soit la forme du délaissement : tout-à-l’ego ; sacre de l’instant ; idolâtrie de la compétitivité ; nihilisme institutionnel ; dévoration par l’info ; empire des communautés ; amnésie satisfaite et congélation des héritages.

Articles de cet auteur (14)

Autres articles de Régis Debray dans Médium

2019

M60-61. « La mort et après ». Juillet-décembre 2019.

« Prendre la suite ». Il n’y a qu’une question sérieuse, pour un fugitif de passage sur cette planète, comme pour une idée neuve, un amour, un cénacle, une grande cause : qu’est-ce qui continue ou ne continue pas ? Qu’est-ce qu’il peut en rester, et dans quel état ?

M58-59. « Comment peut-on être Européen ? ». Janvier-juin 2019.

« Utilité et pérennité d’un mythe ». Si la croyance en « l’Europe mon avenir » n’était qu’une erreur d’analyse, elle ne serait pas si résiliente.

2018

M57. « Drôle d’époque ». Octobre-décembre 2018.

« Bref panorama des temps nouveaux ». Bilan de faillite (Gallimard, 2018) a laissé dans l’ombre, pour des raisons littéraires, les arrières-plans médiologiques d’un moment historique, propres à éclairer, sinon excuser, une trajectoire individuelle. C’est ce cadre général qui l’on tente de restituer ici, afin de donner des couleurs plus positives et lumineuses à la période considérée.

M56. « Qui croire ? » Juillet-septembre 2018.

« CQFD ». Il n’y a pas de jeu à somme nulle entre raison et croyance. Les gens les plus insoupçonnables… La preuve par la pittoresque affaire des « avions renifleurs ».

M55. « Le Code et la Chair ». Avril-juin 2018.

« Réchauffement climatique ». Les avancées tout-terrain du virtuel n’ ont pas fait reculer notre appétence de charnel. Bien au contraire : à la croissante dématérialisation des signes, répond une demande d’ incarnation en hausse, dans le domaine des idées comme des institutions. Ce paradoxe fait partie d’ un moment spirituel plus large, à inscrire dans une respiration civilisationnelle.

M54. « Le siècle du smartphone ». Janvier-mars 2018.

« Le temps brisé ». Changement de siècle, changement de tempo. La mutation numérique, sensible dans nos façons de vivre et de sentir le présent, se reflète aussi dans notre appréhension du passé, comme en témoigne un ouvrage d’histoire à succès : L’Histoire mondiale de la France.

Hommage à Louise Merzeau et Robert Damien (avec le comité de rédaction de Médium).

2017

M52-53. « Nouveaux pouvoirs, nouvelles servitudes ». Juillet-décembre 2017.

« Le nouveau pouvoir ». D’un château l’autre… Transparency International… Le Génie du néo-protestantisme… La génération Ricœur…

M51. « À la française ». Avril-juin 2017.

« E Pluribus unum ». Cessons d’opposer à l’un le multiple. C’est parce que le Français est pluriel qu’il est singulier. La règle, qui vaut pour nos paysages, gouverne aussi notre tempérament.

Le Pense-bête de Régis Debray.

M50. « Littérature, chutes et rebonds ». Janvier-mars 2017.

« Bob Dylan, la star. » L e sage n’a pas d’avis, le médiologue non plus. Prétendre qu’il n’a ni goût ni opinion serait prétentieux – du moins n’en fait-il pas état. C’est un idiot ès-qualités. Quand on lui montre la lune, il regarde le doigt, ne pas en inférer qu’il fait l’idiot exprès, il peut avoir des prédispositions, ça facilite. Quand on lui demande, par exemple, ce qu’il pense du prix Nobel de littérature attribué à Bob Dylan, il répond : rien. Pas compétent.

2016

M48. « Matières à penser » (Pour François Dagognet). Juillet-septembre 2016.

« À armes inégales ». Pourquoi, dans notre petit obituaire intellectuel, certains décès émeuvent et montent en « une » et d’autres passent inaperçus en page 27  ? Pourquoi un nom propre brille, tandis qu’un autre reste mat ?

M46-47. « Éros aujourd’hui ». Janvier-juin 2016.

« Photo-Porno ». La technique commande. La troublante concordance des temps entre deux néologismes indique tout ce allait bientôt opposer érotisme et pornographie.

2015

M44-45. « Demain l’école ». Juillet-décembre 2015.

« L’école, vers quelle fin ? ». L’école ne peut pas ignorer la société mais ne doit pas la décalquer. Il est temps qu’elle prenne ses distances. Non pas en marge mais au-dessus. Non pas dépendante, mais autonome.

« Mémento : démocrates et républicains ». Souvent citée mais rarement lue, la mise au point de Régis Debray sur la notion de République, où la question de l’école a sa place, parue dans le Nouvel Observateur en 1989 sous un titre caricatural (« Êtes-vous démocrate ou républicain ? ») nous a semblé, pour des raisons d’actualité, devoir être republiée vingt-cinq ans après.

M43. « Charlie et les autres ». Avril-juin 2015.

« Mise au point ». Que retenir de cette commotion nationale ? Que dans un monde où tout se sait, s’écoute, se voit et s’interprète de travers, la condition de survie d’une laïcité d’intelligence s’appelle civilité.

M42. « L’écrivain national ». Janvier-mars 2015.

« La part du diable » Est-il révolu, l’âge où un auteur pouvait se confondre avec l’image qu’une nation se fait d’elle-même ?
Le Pense-Bête de Régis Debray.
Les villes électriques.
Le théorème d’Aracataca. Errata. Un signe des temps. Pessimisme. Plaidoyer pour le poétique. Transformisme.

2014

M41. « Rythmes ». Octobre-décembre 2014.

« Servir plusieurs maîtres » Le soleil, le corps, le calendrier, les horloges et les portables ne battent pas la même mesure. Dans cette cacophonie temporelle à chacun de trouver sa cadence personnelle.
Le Pense-Bête de Régis Debray. Cannes, notre monde à la loupe. Tous dans le bain. Up to date. Coup de gueule.

M40. Varia. Juillet-septembre 2014.

Le Pense-Bête de Régis Debray. Un pro à la barre. Qui a le pas sur qui ? Considérations économiques. L’idiotisme du métier. La solution. De Marx à Tocqueville : François Furet. Château ou Briand ? L’Odyssée vidéo. Pied de nez. Pitié ! Tempus fugit.

« Il y a littérature quand l’essentiel de ce qui se dit, dans un texte ou un discours, est dans la manière de le dire. S’ensuit que la pente dans le métier est au maniérisme. La tentation inhérente à l’esbroufe littéraire : écrire en style. Avoir du style est plus ardu. Ne pas faire de manières signifie au fond : suivre sa pente en la remontant. Autant dire : prendre sur soi. »

M39. « GénérationS ». Avril-juin 2014.

Le Pense-Bête de Régis Debray. Cet enfer en valait-il la chandelle ? Les charmes de la déshérence. L’envers du GPS. De l’histoire à la mémoire. Heureux fiascos. Notre face d’ombre. Morand-Chardonne, Correspondance (1949-1960). Un interminable dîner de têtes. Ennuyeux cosmos. Lettres persanes, codicille. Le héros cache-misère : Mandela. Proustologie. Cela renaît après ceci. Prochaine étape. Une suggestion : Éros chez Thanatos.

M37-38. « Secrets à l’ère numérique ». Octobre 2013-mars 2014.

« Rien de nouveau ? » Et alors ? À l’ère de l’obscure transparence, on ne sort du clair-obscur qu’à son détriment, aujourd’hui comme hier.
Le Pense-Bête de Régis Debray. La remontée du Nil. Les coûts de publication. Appel d’offres. Principe de précaution. Êtes-vous tweet ou maxime ? Casanova en Pléiade. On vient trop tard. Punaise. N’oubliez pas votre clé. Notre talon d’Achille. Conformisme. Résurrection.


Cahiers de médiologie, n°7, « La confusion des monuments », 1999.
L’Europe vue de l’euro