Médiologie

Accueil > Publications > Médium > Médium 60-61

Médium 60-61

La mort et après

La Rédaction, 21 juillet 2019. Modifié le : 21 juillet 2019

En 1966, Barbara chantait : « À mourir pour mourir, je choisis l’âge tendre / Et partir pour partir, je ne veux pas attendre, je ne veux pas attendre » Et aujourd’hui, comment chante-t-on la mort ? Comment rêve-t-on l’au-delà ? Qu’est-ce que notre temps numérique et identitaire fait à nos représentations collectives de la survie ?

Couverture de Médium 60-61

Sommaire

Numéro dirigé par Pierre-Marc de Biasi et Clara Schmelck

Introduction

Disparaître : le deuil

Vivre la mort, par Daniel Bougnoux

Il nous faut vivre avec nos morts, non pas s’y résigner, mais les fréquenter davantage, pour savourer le goût de vivre. Entre présence et représentation, les spectres s’invitent de plus en plus dans nos vies.

Trois ans plus tard, par Catherine Bertho Lavenir

Entre travail du deuil et bureaucratie, rites et formalités, le vif saisit le mort, corps et âme, corps et biens : les obligations requises par la transmission ajoutent encore à l’épreuve du chagrin.

Le coup du paquet de cigarettes, par France Renucci et Camille Kouchner

On peut mourir socialement et délibérément pour ressusciter ailleurs ou sous une autre identité. La littérature connaît de telles aventures, mais le droit a dû s’y intéresser aussi. Disparaître, une liberté publique, un droit de l’homme ?

Espérer : le spirituel

Notre part d’éternité, par Michel Melot

Désincarnée, la personne morale du défunt se matérialise dans les objets qu’il lègue. Mais c’est le tri opéré par les héritiers, séparant mémoire et déchet, qui décide in fine de sa part d’éternité.

Paradis pour les athées, par Monique Sicard

A défaut de dieux, peut-on néanmoins accéder à l’immortalité, sous quelle forme et dans quel paradis ? Paradoxalement, l’athéisme multiplie les occasions de survivre.

Ce qu’en disent les religions, collectif

Philo : hors sujet, par Jacques Billard

Plus à l’aise avec l’être qu’avec le néant, la philosophie de la mort se perd dans des chemins qui ne mènent nulle part.

Héros, martyrs, victimes, par François-Bernard Huyghe

Droit de tuer, sacrifice de soi, vie sauvée, vie donnée : la mort violente obéit désormais à des économies stratégiques et symboliques qui redessinent la figure de la victime, du héros et du martyr.

Transfigurer : les images

Mort à Palerme, par Robert Dumas

Il faut que tout change pour que rien ne change, selon le mot de Lampedusa. Il faut que tout meure pour que rien ne meure, traduit, en images, Visconti au cinéma.

Masques mortuaires, par Karine Douplitzky

Inter-face entre le mort et le vivant, le masque mortuaire a cédé la place aux images technologiques du défunt : quels changements anthropologiques et médiologiques révèle cette substitution ? Quel effroi nous sommes-nous ainsi épargné ?

La bouche d’ombre audio-visuelle, par Antoine Perraud

Encore plus de traces, écrites et désormais audio-visuelles, davantage d’émotion devant ces spectres qui semblent toujours plus vivants. Sur nos écrans.

Renaître par le suicide, par Jacques Lecarme

Une stratégie littéraire méconnue mais efficace : pour se donner les meilleures chances de résurrection, via une belle biographie, se donner la mort.

Réparer : les techniques

Fausses fenêtres sur l’éternité, par Pierre-Marc de Biasi

Notre culture des cycles courts soigne son incapacité pathologique à ressentir et à penser le temps vécu, en rêvant d’échapper à l’obsolescence programmée. Fin du deuil eugéniste, clonage et cryogénisation : le transhumanisme nous promet de tuer la mort, tandis que la collapsologie nous annonce la fin de l’espèce à brève échéance.

Restons-on là, par Françoise Gaillard

En dépit d’un habillage scientifique et technologique, le transhumanisme est empêtré dans des fantasmes qui l’inscrivent dans une longue tradition.

La mort en ligne, par Clara Schmelck

Facebook est-il morbide ? Le plus grand catalogue nécrologique au monde invite chaque vivant inscrit à anticiper ce qui restera de sa vie sociale sur la terre après son départ.

À quoi rêvent les cadavres ? par Thierry Grillet

Survivre, certes, mais qui survit ? Réduit à quoi ? Réponses d’hier et de demain, de la mythologie à la science-fiction.

Demeurer : les survivants

Pendre la suite, par Régis Debray

Il n’y a qu’une question sérieuse pour un fugitif, de passage sur cette planète, comme pour une idée neuve, un amour, un cénacle, une grande cause : qu’est-ce qui continue ou ne continue pas ? Qu’est-ce qui peut en rester, et dans quel état ?

Nos amis les morts, par Paul Soriano

Les morts survivent à deux conditions : laisser des traces mémorables et être invoqués par un vivant qui leur sert de médium. Affranchi de son corps comme de toute actualité, le défunt accède à l’immortalité, pareil à un dieu. Existence enviable ?

Parlons chiffres, par Jean-Yves Chevalier

Le monde se compose-t-il de beaucoup plus de morts que de vivants ? Recherche démographique sur le ratio morts-vivants.

Lazare à l’hôpital, par Philippe Guibert

Aujourd’hui Lazare survit sous perfusion. Le dernier homme est increvable.

Anthologie de la mort