Médiologie

Accueil > Dossiers > Leaders

Leaders

Plusieurs dirigeants politiques contemporains combinent modernité économique et technologique avec des « archaïsmes » censés leur donner une épaisseur historique.

A l’été 2007, Médium publiait un numéro intitulé « Qu’est-ce qu’un chef ? », sous la direction de Robert Damien.

« Le chef bouge. Mieux : il jogge » écrivait Robert, ironisant sans le nommer sur l’homme pressé qui venait d’entrer (de bondir) à l’Elysée. Dix ans après, le chef bouge encore mais ne s’agite plus, il marche. Il n’erre plus, ni à gauche ni à droite, mais occupe l’espace, et à gauche et à droite, et le temps : en avant et en arrière...

En médiologue aguerri, notre ami posait les bonnes questions : « L’horizontalité des échanges dans les cyberréseaux ne rendait-elle pas inutile l’autorité, contre-productive sa verticalité et perverse son institution ? (..) En quoi le charisme demeure-t-il un réquisit, et pour quel style d’intervention ? Quels rituels, quelles procédures et quelles modalités rhétoriques autorisent à commander ? Le chef donne corps à une décision, la porte et la transmet. Il montre la voie, nous met en mouvement, et, souvent, nous émeut pour nous faire agir… Comment [l’autorité] s’incarne dans une allure, une tenue, un discours, une image, une représentation ? »

Poutine au pouvoir n’était pas encore Poutine, ni Erdogan. Qui connaissait les noms de Xi Jinping, Narendra Modi, Al-Sissi, sans parler de Donald Trump ou Emmanuel Macron ?

Il nous fallait actualiser les réponses aux bonnes questions : « Nous les posons sans totem ni tabou, tant on voudrait éviter le retour du refoulé démocratique qu’est le chef sans réplique, ce monstre toujours chaud. » On ne saurait mieux dire.


- Médium 12, « Qu’est-ce qu’un chef »


Brèves :