Médiologie

Accueil > Dossiers > Europe > Considérations actuelles (réponse à Régis Debray)

Considérations actuelles (réponse à Régis Debray)

Paul Soriano , 28 mai 2019. Modifié le : 28 mai 2019

1. Apparemment, le « tout bio » s’accommode du « tout techno » ce qui n’est pas pour surprendre le médiologue… Biocentrisme et le technocentrisme s’articulent dans les bio-technologies et le génie génétique… Factum non genitum selon le nouveau Credo qui inverse l’ancien.

2. « Les centre villes votent écolo : les riches, qui ont de quoi en tout, n’ont plus qu’une crainte, que le ciel leur tombe un jour sur la tête » : ce n’est pas l’amour, c’est la peur qui nourrit cette vague verte.

3. « Nous passons de l’homme “maître et possesseur de la nature” à l’homme sauveur et serviteur de la nature » ? Mais il faut encore dominer pour sauver – et il est normal que le « possesseur » prenne soin de sa possession ! En attendant de pouvoir s’en passer…

4. Car le progressisme, aujourd’hui comme hier n’aime pas la Nature. Hier la « dominer » (par la technique), aujourd’hui lui substituer la technique : transhumanisme… Idéologiquement, la Nature est « de droite » et même « d’extrême-droite » (racisme…) tandis que le progressisme rejette les « déterminismes naturels », et jusqu’au « genre », désormais !

5. Le « recul du rationalisme anonyme et discursif » (non plus penser le monde, mais le panser) s’opère au profit d’un hyper-rationalisme algorithmique : « discours » c’est encore trop humain, sans doute, pas assez rationnel, bienvenue aux algorithmes, au langage machine, à l’intelligence artificielle. Macho ? Les hackers sont des jeunes mâles, mais les filles de la Valley voudraient aussi coder : « on veut tout faire tout comme vous, na ! », selon le slogan du néo-féminisme anti-genre.

6. Plus sérieusement, le monde numérique est un hybride d’esprit et de matière, un étrange matérialisme spiritualiste de l’intelligence calculante et des datas, étranger au vivant : pas de chair dans le monde numérique.

7. Quant à l’animalisme, le vegan refuse de faire de la chair humaine avec la chair des animaux… Mais c’est encore la technique (et le marketing) qui produisent les saucisses de soja… En attendant le « végétalisme » ?

Pour mémoire : « La Chair et le code » (Médium 55, Introduction)